Imagerie des céphalées en urgence

  • Durée : 3hrs
  • Date : Accés 6 mois à date d'inscription
  • Type : E-learning
  • Lieu : elearning.radiologie.fr
  • Concepteur(s) : Dr Charles Mellerio
  • Orateur(s) : S. Delcour, M. Edjlali-Goujon, A. Gaultier, C. Mellerio, N. Menjot de Champfleur, O. Naggara, M. Rodallec
  • Public cible : Praticien concerné par la Radiologie Radiologues

  • Les inscriptions fermeront le mardi 31 décembre 2024
Description Contenu pédagogiqueProgrammeInformations complémentaires

La place de l’imagerie dans l’exploration des céphalées est essentielle. Le diagnostic de nombreuses causes de céphalées repose intégralement sur les données de l’IRM ou du scanner. Avant d’analyser un examen d’imagerie pour céphalées, le radiologue doit avoir en tête les étiologies dont le dépistage nécessitera une prise en charge urgente, en particulier l’hémorragie sous arachnoïdienne atraumatique. Le contexte, le type de céphalées, le délai de survenue et les éventuels symptômes associés pourront ainsi orienter le radiologue et devront éventuellement modifier son protocole d’exploration.

L’hémorragie sous arachnoïdienne de par sa gravité devra être systématiquement recherchée  en cas de céphalée récente, intense et de début rapide. La normalisation rapide du scanner et la meilleure sensibilité des séquences FLAIR devront faire préférer l’IRM, dans la mesure possible.

Bien que plus rare, le syndrome de vasoconstriction réversible devra également être rechercher en cas de céphalées brutales et justifiera la réalisation systématique d’une imagerie des artères intracrâniennes (angioscanner, angioIRM TOF).

Trop souvent méconnue, la thrombophlébite cérébrale sera d’autant plus recherchée que le tableau clinique est polymorphe et que le terrain est évocateur.

La dissection artérielle est le plus souvent associée à des cervicalgies, mais l’atteinte des artères intracrâniennes voire la protection des douleurs doivent également faire rechercher ce diagnostic en cas de céphalées. Une attention particulière doit donc être portée sur les artères de la base du crâne sur les séquences standards qui devront le cas échéant être associées à des séquences d’étude spécifique (ARM des TSA, séquences 3DT1 SE FatSat).

Enfin des causes plus rares ou extra crâniennes de céphalées devront être recherchées selon un plan de lecture systématique (sinusite sphénoïdale, nécrose hypophysaire, intoxication au CO, hypoglycémie, …)


Panier

Tarif membres : 180€ TTC

Tarif non membres : 360€ TTC

Qualiopi